QUI SUIS-JE



Je suis née il y a 52 ans.

Prétendre que j’ai toujours connu mes aptitudes serait un mensonge. Clamer que l’on m’a transmis des dons ancestraux mystérieux, après une initiation particulière et secrète le serait encore plus.


Mon parcours ressemble à bien d’autres avec ces grands « plus » ; il est celui d’une humaine qui, au fil des ans, a pris conscience de ce qu’elle était vraiment, en sortant des dogmes et préceptes limitatifs.


Il existe pourtant une trame : celle tissée par l’histoire, qui, tue pendant des décennies, disposait çà et là quelques pistes que je ne suivais pas, associant ces faits romancés à du folklore.


Ce qui est resté de ces légendes est pour l’essentiel ce qui pose les bases : un arrière grand-père qui soignait à distance, un oncle coupeur de feu.


Leurs capacités ayant été confirmées, je n’ai jamais pris la peine de les mettre en cause, sachant de plus, que je ne me pensais absolument pas « pourvue", même si certaines situations étranges venaient à me contredire.

Je plaçais cela sur le compte d’une mauvaise interprétation ou encore du hasard.


La vie m’a amenée à m’installer à Paris assez jeune, après une expatriation, puis à suivre un parcours professionnel classique, avec pour ambition de gravir sans compter les marches de la réussite, et grâce auquel certains de mes atouts se sont révélés.


Une seule chose manquait à ce tableau : une place à laquelle m’associer, le sentiment d’être là où je devais être ; ma fonction humaine, tout simplement.


Ces fonctions me procuraient le sentiment éphémère que j’avais atteint le but. La fringale de vie m’emportait ainsi vers un univers opposé à mon identité réelle, pour m’infliger l’illusion que le pouvoir relevait du titre.


Rien n’est plus tenace qu’une forme de vérité étouffée. Elle infiltre la moindre faille : toujours et encore, un sentiment diffus de devoir déconstruire pour construire différemment ne cessait de s'imposer.

Au dernier titre, j’ai fini par jeter l’éponge pour débuter un cheminement plus personnel : pas de drogue, pas d’alcool à outrance, pas de cachets, mais la recherche de ce qui me portait vraiment sans savoir même encore à l’époque que j’étais à sa recherche. Nous étions au début des années 2000.


PRISE DE CONSCIENCE


Quantité de personnes m'indiquait durant plusieurs années que ma présence produisait des modifications de leur état : douleurs qui disparaissaient, sommeil qui "revenait" alors qu'elles souffraient d'insomnie, stress qui devenait inexistant et bien d'autre effets sans que j'aie à aucun moment manifesté d'intention.


Plusieurs années ont passé avant que j'accorde de l'importance à ces situations : d'un caractère cartésien, la preuve par le fait est "ma colonne vertébrale ».


Engageant mon identité, mon honneur, ma réputation, je ne pouvais prétendre aborder certains thèmes, utiliser certains "outils" sans une absolue confiance en ce que je faisais.


Aussi, après tant d'années de réussites, j'ai accepté la "réalité" de ce "monde invisible et silencieux", riche de sens, ne dépendant d'aucun dogme, mis à disposition pour améliorer notre condition d’humains.


Je travaille avec ce que je connais, ce que je maîtrise, transmets si l’on m’en fait la demande, une certaine compréhension.



Il n’y a pas de titre particulier pour qualifier ce que je vous apporte.


Nommer précisément ne peut être choisi si la démarche est de bénéficier du meilleur qui attend, car attribuer un titre à mes aptitudes les placera immédiatement dans une boite sans lumière, hermétique à tout complément.


Au plaisir de vous accompagner.


Karyn